Forum de la jeune gauche 63

Forum de la jeune gauche 63
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 abrogation?

Aller en bas 
AuteurMessage
francine



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: abrogation?   Lun 10 Avr - 13:17

dépêche afp 10/04/2006 9h58:
PARIS (AFP) - Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont annoncé lundi le remplacement de l'article de loi créant le contrat première embauche (CPE) par un dispositif "en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes en difficulté", une décision immédiatement saluée par les syndicats après deux mois de crise.

"Sur proposition du Premier ministre et après avoir entendu les Présidents des groupes parlementaires et les responsables de la majorité, le Président de la République a décidé de remplacer l'article 8 de la loi sur l'égalité des chances par un dispositif en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes en difficulté", a annoncé l'Elysée.

Quelques minutes plus tard, le Premier ministre déclarait dans des termes similaires, de Matignon: "J'ai proposé au président de la République, qui l'a accepté, le remplacement de l'article 8 de la loi pour l'égalité des chances par des mesures en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes les plus en difficulté". Il précisait que "la nouvelle proposition de loi sera présentée dès ce matin" (lundi).

Il a souligné que "les conditions nécessaires de confiance et de sérénité" n'étaient "réunies ni du côté des jeunes, ni du côté des entreprises pour permettre l'application du contrat première embauche".

Cette annonce est intervenue au terme d'une réunion à l'Elysée d'à peine une heure des principaux responsables de ce dossier: outre MM. Chirac et de Villepin, le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy, favorable au remplacement du CPE, les trois ministres concernés et les présidents des groupes UMP au Parlement, Bernard Accoyer et Josselin de Rohan, qui avaient été chargés de discuter avec les syndicats et organisations étudiantes et lycéennes.

Les organisations anti-CPE avaient donné au gouvernement jusqu'au 17 avril pour l'abrogation pure et simple de ce dispositif qui concerne les jeunes. Les syndicats ont applaudi vigoureusement la décision du gouvernement et de M. Chirac.

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a déclaré à l'AFP, après l'intervention du Premier ministre, que "l'objectif de retrait du CPE était atteint", même s'il attendait de connaître "le contenu détaillé de la nouvelle proposition de loi".

Maryse Dumas, secrétaire confédérale de la CGT, a salué "le retrait" du CPE comme un "succès" de "l'action convergente des salariés, étudiants et lycéens ainsi que de l'unité syndicale".

Bruno Julliard, président de l'Unef, syndicat leader de la contestation étudiante, a pour sa part annoncé le maintien de la journée d'action de mardi, tout en estimant que la suppression du CPE constituait une "première victoire déterminante".

M. de Villepin a indiqué dans son allocution qu'il avait voulu "agir vite", en raison de la "situation dramatique" du chômage des jeunes. "J'ai voulu proposer une solution forte, parce que j'ai la conviction qu'au-delà de l'engagement nécessaire de l'Etat, seul un meilleur équilibre entre plus de souplesse pour les entreprises et plus de sécurité pour les salariés nous permettra de rompre avec le chômage dans notre pays", a-t-il expliqué.

"Cela n'a pas été compris par tous, je le regrette", a-t-il ajouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie perchat

avatar

Nombre de messages : 325
Localisation : clermont ferrand
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: abrogation?   Mar 11 Avr - 14:44

Le CPE, quoi qu'on en dise, a été retiré. C'est la premiere victoire de la rue sur un gouvernement de droite depuis 1995. Ce n'est donc pas rien ,ce n'est pas une demi-victoire, c'est une vraie victoire politique, puisque ce mouvement a permis de casser une logique purement libérale destinée à mettre en place un contrat de travail unique, à institutionnaliser la précarité. Certes la loi entière sur l'égalité des chances n'a pas été retirée comprenant le CNE, le contrat sénior, l'apprentissage à 14 ans et le travail de nuit des enfants dès 15 ans. Nous devons donc continuer la mobilisation.

Dès lors, la question du mode de protestation, des moyens de mobilisation s'est posée dans les différentes assemblées générales étudiantes. Le blocage des universités était un moyen de mobiliser, de se faire entendre, et non une fin en soi. Aujourd'hui, continuer le blocus est selon moi, une aberration. Effectivement, nous avions l'occasion de sortir la tête haute de ce conflit, de laisser reprendre les cours et les examens sur une note positive, sur une victoire. Comme je le disais, la mobilisation contre la loi d'égalité des chances doit continuer. Cependant, le blocage n'est qu'un moyen de mobilisation, il était centré sur le retrait pur et simple du CPE. La plupart des universités françaises vont lever leur blocus, il ne rime à rien de bloquer 3 ou 4 facs en France, sionon à nous décridibiliser totalement vis-à-vis des étudiants, mais aussi de la population. Si nous entrons dans une logique d'affrontement avec les étudiants, avec l'administration universitaire qui avait mis en place un nouveau calendrier pour les examens, avec les professeurs qui s'étaient engagés à ne poser aux examens que des sujets portant sur le programme vu avant le blocage, nous ne serions plus dans une logique d'action politique. Le blocage était associé au retrait du CPE, nous ne pouvons rajouter sans cesse de nouvelles revendications. Il n'avait de sens que lorsqu'il était voté dans une majorité d'universités, dans un mouvement d'action collective.

C'est pour cela que je ne soutiens plus le blocage total qui a été revoté aujourd'hui à Carnot et Gergovia. Le retrait du CPE est, pour moi, une vraie victoire politique, déterminante. Risquer de la gâcher de cette manière est irresponsable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie perchat

avatar

Nombre de messages : 325
Localisation : clermont ferrand
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: abrogation?   Mer 12 Avr - 14:15

Concernant le vote du blocage total de la fac suite au retrait du CPE, la direction de l'université Clermont II a décidé de la reprise des cours ce mercredi matin. Cette décision fait suite aux engagements de l'administration concernant la bonne tenue des examens. Même si certains peuvent regretter le fait que cette décision ait été prise unilatéralement, le blocage ne pouvait continuer sur des exigences relevant de logiques purement individuelles. Beaucoup d'étudiants souhaitent passer leurs examens et n'exigent pas d'invalidation pure et simple, sous prétexte d'une volonté de l'administration ne ne pas vouloir respecter ses engagements. Des décisions résultant de négociations avec les élus étudiants ont eu lieu avec le CEVU et les professeurs, de manière à ce que les examens ne portent que sur les cours effectivement dispensés avant le blocage. De fait, il est normal que l'administration, très conciliante jusqu'à présent, reprenne la main dans son établissement.
Il aurait été évidemment plus positif que le déblocage soit voté en AG, dans laquelle un certain de nombre de "pro-blocus" souhaitaien la reprise des cours. La bonne tenue des examens de peut cependant etre remise en cause par quelques jusqu'auboutistes oeuvrant pour des intérêts divers et variés, allant à l'encontre de ce qui avait été défendu jusqu'ici: le blocage jusqu'au retrait du CPE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: abrogation?   

Revenir en haut Aller en bas
 
abrogation?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SÉMAPHORE - DIEPPE (SEINE MARITIME)
» Abrogation de la circulaire DGT/ASN n°1 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la jeune gauche 63 :: Archives :: Mobilisation contre le C.P.E.-
Sauter vers: