Forum de la jeune gauche 63

Forum de la jeune gauche 63
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Salvador ALLENDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thibaut Meunier

avatar

Nombre de messages : 667
Localisation : La Moutade
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Salvador ALLENDE   Mer 1 Aoû - 22:07

Plus de trente ans après sa mort, Salvador Allende demeure une figure incontournable de l’imaginaire de la gauche.

Né le 26 juillet 1908 à Valparaíso, Salvador Allende fonde, après ses études de médecine, le Parti Socialiste du Chili en 1933.

Très rapidement, il est élu la Chambre basse du Congrès et occupe, en 1939, le poste ministre de la Santé du gouvernement présidé par Aguirre Cerda, où il instaure la sécurité sociale pour les ouvriers.

Si Allende bénéficie d’une constante popularité dans la population, il subit de nombreux échecs (à partir de 1950) dans ses tentatives d’accéder au pouvoir exécutif. ll découvre alors ce qui va devenir le centre de sa stratégie d’accès au pouvoir : la recherche de l’unité entre les deux grands partis populaires, le Parti socialiste et le Parti communiste

Lors des élections de 1970, il arrive, après de nombreuses tractations à constituer une coalition des forces de gauche pronant ce qui sera appelé la « voie chilienne vers le socialisme » : l’instauration d’un système socialiste par la mise en pratique d’une série de mesures législatives légales et démocratiques. Ainsi, au début de l’été 1970, naît l’Unité populaire (UP) avec Salvador Allende comme tête de liste.

Le 4 septembre 1970, Salvador Allende obtient 36,30 % des voix à l’élection présidentielle face aux candidats Jorge Alessandri, du Parti national (34,98 %) et Radomiro Tomic, de la Démocratie chrétienne (27,84 %). La gauche ne représente alors donc qu’un tiers des votes de la population. La Constitution ne prévoyant pas de second tour, Allende est désigné à la présidence par la chambre des députés, comme le prévoit la Constitution dans un tel cas, avec l’appui des démocrates chrétiens qui font signer à Allende un pacte de respect de la constitution chilienne.

Dès les premières semaines de sa prise de fonction Salvador Allende surnommé alors « El compañero presidente », entreprend de mettre en application le programme de l’Unité Populaire.

Il organise ainsi la nationalisation à grande échelle de certaines industries (notamment le cuivre, principale exportation du Chili), entreprend une réforme du système de santé et poursuit les réformes du système d’éducation entreprises par son prédécesseur Eduardo Montalva Frei. Un programme de lait gratuit pour des enfants (à raison d’un demi litre de lait par jour et par bébé) voit le jour alors que la tentative de réforme agraire, elle, peine à s’appliquer.

Au niveau économique, un nouvel « impôt sur les bénéfices » est créé tantdis qu’un moratoire sur les remboursements de la dette extérieure est instauré par le gouvernement. Ces décisions irritent une partie de la classe moyenne et la majorité des classes supérieures soutenues par les Etats-Unis, tout en augmentant considérablement le soutien à Salvador Allende parmi la classe ouvrière et les strates plus pauvres de la société. Le pays se trouve alors très divisé.

Sous la pression des Américains, le Chili se trouve de plus en plus asphixié économiquement. Conscient de la détérioriation de la situation de son pays, Allende exprime devant l’Assemblée générale des Nations unies, le 4 décembre 1972, l’état du Chili : « Le drame de ma patrie est celui d’un Vietnam silencieux. Il n’y a pas de troupes d’occupation ni d’avions dans le ciel du Chili. Mais nous affrontons un blocus économique et nous sommes privés de crédits par les organismes de financement internationaux. (...) Nous sommes face à un véritable conflit entre les multinationales et les États. Ceux-ci ne sont plus maîtres de leurs décisions fondamentales, politiques, économiques et militaires à cause de multinationales qui ne dépendent d’aucun État. Elles opèrent sans assumer leurs responsabilités et ne sont contrôlées par aucun parlement ni par aucune instance représentative de l’intérêt général. En un mot, c’est la structure politique du monde qui est ébranlée. Les grandes entreprises multinationales nuisent aux intérêts des pays en voie de developpement. Leurs activités asservissantes et incontrôlées nuisent aussi aux pays industrialisés où elles s’installent. Notre confiance en nous-même renforce notre foi dans les grandes valeurs de l’humanité et nous assure que ces valeurs doivent prévaloir. Elles ne pourront être détruites !”

En effet, profitant d’une inflation très importante (500 % en septembre 1973) et du blocus orchestré par le gouvernement de Nixon, les commerces apparaissent « désapprovisionnés » mais écoulent la majorité des biens de première nécessité au marché noir.

Malgré cette situation difficile, les élections de mars 1973 sont une nouvelle victoire pour le parti de Salvador Allende qui augmente son score à chaque nouveau scrutin : à lui seul, il réalise 43,4 % des voix.

Le 29 juin 1973, un premier coup d’État militaire échoue ; Allende renouvelle néanmoins sa confiance à la hiérarchie militaire et au chef d’état-major, le général Pinochet. Le 12 septembre 1973, Allende doit annoncer un nouveau référendum sur la question de l’organisation économique du pays. Mais la veille, les forces armées, qui avaient reçu le soutien actif de la CIA, assiègent pouvoir Allende dans son palais de la Moneda.

Dès les premières heures de ce 11 septembre, Salvador Allende est informé du coup d’État en préparation. Il croit encore pouvoir régler le conflit par le dialogue et dans un appel à la radio invite ses partisans à rester chez eux pour ne pas envenimer la situation. À 9 heures du matin, le palais présidentiel est donc assiégé par l’armée sous le commandement du général Augusto Pinochet. Le palais présidentiel est bombardé par l’aviation.

Selon la "version officielle", Salvador Allende, refusant l’exil que lui proposent les forces armées, se suicide. Augusto Pinochet instaure alors une dictature militaire qui sera soutenue par les Etats-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mjs63.org
 
Salvador ALLENDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gymnase Salvador-Allende - Le maître d’armes ligotait les enfants et les filmait
» Henri Salvador
» Henri Salvador n'est plus !
» Les grands disparus de la chanson des années 50 et 60
» Henri Salvador - Le Gin (Pub Américaine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la jeune gauche 63 :: Bibliothèque militante :: Voyage dans la gauche-
Sauter vers: