Forum de la jeune gauche 63

Forum de la jeune gauche 63
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thibaut Meunier

avatar

Nombre de messages : 667
Localisation : La Moutade
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Lun 8 Oct - 18:40

Les larmes sont montées d'un coup. A l'évocation de la "descente de la direction", début juin, Serge Vassec craque. Sa section de la Ligue communiste révolutionnaire, à Clermont-Ferrand, prétendait présenter un candidat aux législatives non validé par le bureau politique national, car il avait soutenu José Bové lors de la présidentielle. "Je me suis rarement senti aussi mal dans mon existence, lâche ce responsable cheminot d'Auvergne, membre de la commission exécutive de la CGT. Ce qui faisait la richesse de la Ligue, c'est qu'on pouvait avoir des désaccords, des pratiques parfois différentes localement, mais on avait un langage commun. Là on ne parle plus la même langue."



Comme ce quinquagénaire, entré en militance trotskiste en 1972, ils sont nombreux à dire ouvertement leur malaise, tandis que d'autres préfèrent partir sur la pointe des pieds. Militants aguerris, responsables syndicaux, dirigeants d'associations, impliqués dans les "luttes", construisant patiemment leur organisation trotskiste mais ayant toujours en vue la perspective de construire "un parti large" à la gauche de la gauche, ils se sentaient jusqu'alors plutôt à l'aise dans cette organisation qui leur demandait tant.

La nouvelle ligne de la direction de la LCR, son appel à construire un "nouveau parti anticapitaliste" "par le bas", ses accents répétés sur les succès d'"Olivier" les ont déboussolés. Ils ne reconnaissent plus leur "Ligue". Elle aurait perdu ses repères et, eux, presque leur raison de militer.

Le malaise couvait depuis deux ans, après l'accord avec Lutte ouvrière aux élections régionales de 2004 et l'alignement de la LCR sur son discours "ni droite ni gauche". Ils avaient alors espéré que le décalage serait passager. La bataille pour le non au référendum de mai 2005, avec ses tribunes communes à toute la gauche radicale, les avait rassurés. La "Ligue" renouait avec sa vieille tradition de "front unique" (stratégie d'unité d'action permettant d'exacerber les contradictions au sein de la gauche). L'attitude frileuse puis carrément hostile de leurs dirigeants lors du débat sur une candidature unique de la gauche radicale a douché leurs espoirs.


"BEAUCOUP DE SECTARISME"


"On s'est senti seuls quand on a vu le bureau politique chercher prétexte sur prétexte en faisant de la surenchère gauchiste pour casser les collectifs", se souvient Micheline Petitpas, professeur à la retraite à Bois-Guillaume (Seine-Maritime), entrée au Parti communiste internationaliste, ancêtre de la LCR, en 1967. Aujourd'hui, elle se dit "choquée" par le discours triomphaliste en vogue dans les rangs de la LCR parce qu'"on est passés devant le PC". "La direction vit sur un mirage", juge-t-elle.

Un "mirage" qui a son slogan interne : "Nouvelle époque, nouveau programme, nouveau parti", répètent les proches d'Alain Krivine pour justifier leur ligne, persuadés que le bon score de Besancenot à la présidentielle a définitivement "enfoncé la vieille gauche". "L'orga" doit désormais se tourner vers les jeunes radicalisés, venus à la politique sur les slogans "punchy" de la campagne d'"Olivier".

"C'est un vrai changement de direction", remarque Francis Vergne, conseiller d'orientation venu de Lutte ouvrière en 1984. En devenant le "parti des luttes" et en centrant son activité sur une ligne d'auto-affirmation, la Ligue serait désormais en danger de "gauchisme bureaucratique". " Je crains un projet au gentil profil de parti radical mais sans rivages", poursuit Gérard Bohner, ingénieur au CNRS.

Cette ligne "sectaire" se doublerait d'une tendance à un certain autoritarisme interne et une personnalisation autour du jeune postier. "Les nouveaux adhérents arrivent pour Besancenot, avec beaucoup de sectarisme et peu d'esprit critique", explique Guy Platel, ingénieur informatique à la retraite à Beauvais. "Besancenot est un excellent porte-parole, mais il y a un danger de recruter uniquement sur la base de son image", prévient Dominique Leseigneur, employé à France Télécom à Rennes, depuis trente-trois ans à la LCR.

A regarder les derniers arrivés, on pourrait croire à ce décalage générationnel. Les "nouveaux" ne sont pas gênés par la récente personnalisation affichée par la LCR : ils adhèrent effectivement au "parti d'Olivier". "L'idée de faire de la politique par le bas, en rassemblant le peuple, les lycéens, les gens des cités qui ne se reconnaissent pas dans les autres partis politiques, ça me plaît", assure Linda Robin, technicienne intermittente de 25 ans. Cette fine blonde a adhéré juste après le premier tour de la présidentielle, et reste persuadée que la LCR a "une force d'attraction suffisante" pour créer un nouveau parti.

Magali Serieys, entrée voici un mois, n'a pas non plus de doutes. "C'est important de construire quelque chose en adaptant le programme avec les nouveaux adhérents sur des bases anticapitalistes. Un peu à l'image d'Olivier", explique cette étudiante de 22 ans en DEA de philosophie à Toulouse. Le discours est gentiment gauchiste, sûr de son fait, et renvoie les références trotskistes à un passé glorieux mais révolu.


"VIEUX SCHNOCKS"


La direction, elle, joue sur du velours, accusant en douce les plus anciens de conservatisme face à la jeune relève, voire de vieillissement militant prématuré. "D'être de vieux schnocks", résume Francis Sitel, dirigeant de la minorité. "Une page se tourne", ne cesse de répéter Alain Krivine. "On va perdre quelques militants syndicaux aguerris mais gagner plein de jeunes, et ça va nous faire du bien", assure un autre dirigeant.

Pourtant, à y regarder de plus près, l'explication générationnelle semble un peu courte. Les plus anciens et les cadres syndicaux sont certes souvent militants de la minorité, autour des deux leaders Christian Picquet ou Léonce Aguirre, mais leurs réunions attirent aussi beaucoup de jeunes. Comme Danièle Obono, étudiante entrée en 2004, qui craint que la LCR "se lance dans l'inconnu en faisant table rase". Ou Germain Telliez, en deuxième année d'histoire à Amiens, qui assure "avoir adhéré en avril pour défendre une ligne unitaire après l'échec de la candidature unique à la présidentielle".

Le congrès se prépare, et les "unitaires", affaiblis, savent que les termes du débat sont "piégés" : "Qui peut être contre un nouveau parti rajeuni ?", s'interroge Francis Vergne. "On en a encore pour deux ou trois ans à souffrir", pronostique Gérard Bohner. Après, il en est sûr, la "Ligue" reviendra à ses traditions.

Article du monde sur la LCR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mjs63.org
Thibaut Meunier

avatar

Nombre de messages : 667
Localisation : La Moutade
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Lun 8 Oct - 18:40

Guillaume qu'en penses tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mjs63.org
Ernest Everhard

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Chicago
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Mar 9 Oct - 19:18

Hum hum.
Je suis bien d'accord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Mar 9 Oct - 22:07

je ne suis pas a la LCR mais franchement je trouve quand meme cet article assez caricatural de la part d'une journaliste assez coutumière du fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.Maisonneuve

avatar

Nombre de messages : 450
Age : 30
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Ven 12 Oct - 12:37

Qui est la journaliste?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Ven 12 Oct - 18:36

C'est Sylvia Zappi qui est tres proche des comités Bové et régle souvent ses comptes avec la LCR dans ses artilces dans le MOnde. IL faut le savoir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.Maisonneuve

avatar

Nombre de messages : 450
Age : 30
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Ven 12 Oct - 19:21

OK pour la journaliste;
il n'empeche je compatis avec guillome.
Son parti change, il s'adapte a la société actuelle mais dans ce qu'il y a de moins glorieux: certes "olivier" est bon en com' et tant mieux pour les scores de la ligue. Mais nous assistons a une veritable presidentialisation de ce parti avec une sorte de culte du chef aux antipodes de mes convictions. De plus celui ci s'adapte a la machine mediatique avec presque trop d'aisance: l'essai sur Guevarra ok pourquoi pas, mais sa figure sur les affiches de la LCR pour renvoyer aux T-shirt des djeun's, je trouve que c'est une simple operation marketing sur fond de jeunisme, bref de la forme mais pas beaucoup de fonds. Et d'ailleurs heureusement parceque eux aussi sont pas mal aux fraises: ils se disent anti-capitaliste mais ne proposent pas son abrogation, ni la dicature du proletariat, ni la planification! En somme il ne reste que les "gue-dins" de LO pour etre a peu près phase avec le Marxisme originel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Ven 12 Oct - 20:02

Il paraît même que si l'on compare les 110 propositions du candidat Mitterrand en 1981, le programme du candidat Besencenot en 2007 nous paraîtrait bien timoré.

Pour les 110 propositions, cf. ici : http://www.lours.org/default.asp?pid=307
100 ont été tenues, et certaines pas complètement, comme la numéro 23 : la durée du travail n'étant réduite qu'à 39 heures en 1982. Le passage aux 35 heures sera mis en place par Martine Aubry sous le gouvernement Jospin.

Ouah c'est utile les partis de gouvernements de gauche qui mettent les mains dans le cambouis. N'est-ce pas Guillaume ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
Ernest Everhard

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Chicago
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Sam 13 Oct - 15:04

Matthieu Perona a écrit:
Il paraît même que si l'on compare les 110 propositions du candidat Mitterrand en 1981, le programme du candidat Besencenot en 2007 nous paraîtrait bien timoré.


En statique peut être, même si cela demandrait à être vérifié... Mais le problème c'est que le degré de radicalité d'un programme se juge en dynamique à savoir à la volonté de briser la résistance des possédants et de leurs institutions ( République, Union Européenne ) s'ils s'opposent à la volonté populaire et majoritaire, s'ils sabotent la politique du "gouvernement ouvrier" et donc la radicalité d'un programme se juge en réalité à la claire conscience que, pour être appliqué, il demandera la large intervention des masses travailleuses, un affrontement d'une grande ampleur et d'une grande violence avec le patronat et ses laquais politiques.
C'est ainsi que le programme d'Olivier Besancenot se veut programme transitoire, il vise à partir du niveau de conscience actuel des masses, l'anti-libéralisme, pour en arriver inlassablement et dans l'action à la conclusion de la nécessité de mettre à bas le système capitaliste et l'Etat bourgeois. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Mitterand ne s'inscrivait pas vraiment dans cette dynamique transitoire, ou alors dans une dynamique transitoire inverse : au premier sabotage patronal, loin de dire "il faut aller plus loin et briser cette résistance", il céda aux contraires aux exigences de la bourgeoisie avec le tournant de la rigueur, la consolidation de la Veme république et de son caractére bonapartiste, sans parler de la consolidation de la politique étrangère agressive et impérialiste de la France (Rwanda, Côte d'Ivoire,...).
Le problème c'est que pour qui sait voire loin cela été déjà présent en 1981, et même avant, quand par exemple, en 1972 et 1973, PS et PC refusaient de défendre le mot d'ordre d'armement du prolétariat chilien pour pouvoir faire face à un éventuel coup d'Etat fachiste, ce que défendait la ligue. Si Mitterand ne voyait pa la nécessité d'armer le prolétariat chilien, c'est qu'il pensait qu'Allende allait finir par céder aux exigences patronales, à la grève des camionneurs et arrêter la "construction du socialisme". Ce qu'il a d'ailleurs fait lui même en France quelques années plus tard = le tournant de la rigueur, il faut le comprendre comme la volonté mitterandiste de se refuser à l'affrontement, au choc avec le patronat, ses bandes armées (police, gendarmerie,... )et ses institutions....

Quand à la réduction du temps de travail par Jospin c'est la même chose : pour ne pas avoir à s'opposer frontalement au MEDEF il céda en contrepartie de gigantesques concessions au patronat : annualisation du temps de travail, heure supplémentaires moins payées ( 10 au lieu de 25% de plus, de mémoire); nouveau décompte du temps de travail (en excluant les temps d'habillage et de déshabillage), refus d'imposer les embauches correspondantes et le maintien du pouvoir d'achat. Si bien que Jospin et Aubry ont réussi le fantastique exploit de transformer ce qui aurait du être une mesure sociale formidable, la réduction du temps de travail, en une défaite pour une forte partie du salariat condamné à l'accentuation des cadences, à l'austérité salariale, à la flexibilité,... bien joué ! bel exploit ! Et cela explique très largement le 21 avril.

Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   Dim 14 Oct - 1:04

je suis d'accord sur les talents de com de Besancenot...et de son opération sur le Che...meme si faut pas laisser raconter n'importe quoi sur la révolution cubaine...je déplore que la LCR (surtout son porte parole d'ailleurs qui a dit plusieurs fois dit qu'il n'était pas trotskiste) délaisse l'héritage du trotskisme et ce qu'il a de meilleur et d'utile pour la gauche: le front unique , la dynamique de la révolution permanente (utile pour comprendre la situation en Amérique latine)

C'est vrai c'est pas sexy mais c'est culturellment tres important.

Sur le tournant de 83 je suis ok: le mandat populaire a été trahi, le peuple de gauche avait voté pour changer la vie (selon le slogan rimbaldien du PS de l'époque) pas pour la politique du franc fort, le blocage des salaires et la choix de l'Europe libérale...alors qu'il était possible a ce moment là de la réorienter...
La gauche et le mouvement social au sens large ne s'en sont pas encore remis...

Sur les 35H, il faut faire attention, oui les lois Aubry ont accru la flexibilté mais l'acquis social théorique est là et dans la loi...il faut défendre bec et ongles les 35H pour tous les salariés , en faire une critique de forme sur la facon dont elles ont été faites par Jospin mais pas sur le fond!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le "parti d'Olivier" efface la vieille LCR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A960 Godetia : "African Enterprise 2007"
» Parti "Gauche Libérale"
» Les cubes "bouillon dégraissé"
» "Normandie impressionniste 2010".
» master 2 "monde du livre" à aix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la jeune gauche 63 :: Actualité :: Vos réactions-
Sauter vers: