Forum de la jeune gauche 63

Forum de la jeune gauche 63
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Candidature unitaire à la gauche du PS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thibaut Meunier

avatar

Nombre de messages : 667
Localisation : La Moutade
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Candidature unitaire à la gauche du PS   Ven 14 Juil - 18:25

La concurrence entre le PCF et la LCR empêche l'émergence d'un candidat unique à la gauche du PS

Comment "trouver un candidat écolo-féministo-coco-trotsko-alter compatible" comme le résume la revue communiste Regards ? Et maintenir toutes les forces à la gauche du PS rassemblées pendant la campagne du non au référendum de 2005 alors que certains veulent se compter à l'élection présidentielle de 2007 ? Les tentations solitaires sont fortes, comme celle de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ou le rêve du "tous-derrière-moi" du Parti communiste français (PCF). Revue des tiraillements.

PS : le dilemme d'Arnaud Montebourg, "candidat interdit" en 2007
La réunion de son courant, Rénover maintenant, organisée mardi 11 juillet, dans le 15e arrondissement de Paris n'a pas permis de trancher. Les amis d'Arnaud Montebourg poussent le député socialiste de Saône-et-Loire à présenter sa candidature à l'investiture du PS pour la présidentielle de 2007 - à l'image de Jérôme Royer, le maire de Jarnac (Charente). Pour d'autres, minoritaires, il devrait soutenir la candidate Ségolène Royal, moyennant quelques "garanties". Ces derniers mettent en avant la difficulté, pour leur chef de file, de récolter les trente signatures de parrainage des membres du conseil national du PS désormais nécessaires. "Je suis le candidat interdit, mais les camarades ne veulent pas céder", affirme M. Montebourg qui dénonce "le verrouillage, seule méthode de gouvernement de François Hollande." "C'est difficile de prendre position aujourd'hui, soupire Michaël Moglia, qui représente le courant dans le Nord. Sur l'espace rénovation Ségolène Royal est en phase. Sur l'espace Europe, Laurent Fabius est plus proche de nous. Il n'y a pas de candidat idéal."

[-] fermer



Les forces engagées. Le PCF et la LCR sont les deux forces structurantes de ce "rassemblement antilibéral". Chacune avec ses points de force - la force de l'appareil et la bonne image de Marie-George Buffet pour les communistes ; l'implantation militante et la popularité de son porte-parole, Olivier Besancenot, pour la LCR - voudrait pouvoir présenter son candidat. Le PCF sous les couleurs de l'"union populaire". La LCR comme pôle "anticapitaliste".

La minorité des Verts tente de sortir du cadre imposé par sa direction : un candidat Vert choisi le 18 juillet entre Dominique Voynet et Yves Cochet. Ces écologistes, réunis derrière Francine Bavay et Sergio Coronado, voudraient, lors des journées d'été, relancer l'hypothèse de voir les Verts s'engager derrière José Bové, seul candidat "de l'écologie politique". Enfin, quelques cadres de Pour une République sociale, l'association du sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon, sont investis dans la campagne. Leur stratégie est d'avoir un pied dans le PS - derrière Laurent Fabius -, un autre dans le collectif national pour une candidature unitaire antilibérale pour ne pas rompre avec les "amis du non".

Les arrière-pensées. Marie-George Buffet se veut championne de l'unité. Après la campagne contre la Constitution européenne, largement financée par le PCF, elle juge légitime que le candidat du rassemblement soit "issu des rangs communistes". Des interrogations surgissent sur la pertinence du maintien de la candidature de la secrétaire nationale au vu des sondages : entre 2 % et 3 % d'intentions de vote. Certains cadres n'hésitent plus à dire leur préférence, comme la présidente du groupe communiste à la mairie de Marseille, Annick Boët, qui juge Bové "plus crédible".

Plus discrètement, les élus des Bouches- du-Rhône tel le député Frédéric Dutoit et le sénateur Robert Bret prônent des primaires pour mieux faire passer la pilule. Mais "Marie-George" répète qu'elle ira "jusqu'au bout". Ne serait-ce que pour contrer ses opposants internes - partisans de Robert Hue comme "orthodoxes" - qui la poussent à se déclarer candidate communiste et n'attendent qu'une chose : "qu'elle se plante", comme le résume un rénovateur.

La LCR, qui a lancé Olivier Besancenot dans la course pour 2007 le 25 juin, demeure tiraillée entre sa volonté d'affirmer son identité révolutionnaire, portée par un candidat "grand public, excellent produit d'appel" et son désir de ne pas couper les ponts avec l'aspiration unitaire née de la campagne référendaire.

"Le problème, c'est le poids du PCF : il est encore trop gros", souffle un proche d'Olivier Besancenot. L'élection présidentielle serait l'occasion en or pour la LCR d'enfoncer le PCF dans les urnes. Et de s'afficher durablement en tête de la gauche antilibérale.

Les points qui fâchent. Depuis deux mois, la question des rapports au PS empoisonne les relations entre le PCF et la LCR. Mme Buffet répète que son objectif pour 2007 est de "rassembler toute la gauche" sur un positionnement antilibéral.

Derrière ces mots, les amis d'Olivier Besancenot ne voient que tour de passe-passe pour se garder la possibilité d'un accord avec le PS au lendemain du premier tour et sauver une vingtaine de sièges au Parlement.

Du coup, les trotskistes n'ont de cesse de vouloir faire dire aux dirigeants du PCF qu'ils refusent "toute alliance parlementaire et gouvernementale avec le PS". Mme Buffet s'en tient à la formulation de l'appel pour des candidatures unitaires, refusant de participer à "un gouvernement dominé par le social libéralisme".

"Nous ne serons pas d'une majorité, d'un gouvernement qui ne romprait pas avec le libéralisme", a précisé, le 1er juillet, Jean-François Gau, conseiller de Mme Buffet. Pas encore assez clair pour la LCR qui estime que le "rassemblement est mal barré" et justifie ainsi sa course en solitaire.

Autre sujet de tensions, le nom du candidat de ce pôle antilibéral. La LCR assure que l'important "n'est pas le casting" et qu'elle retirera la candidature Besancenot si elle obtient des "garanties". José Bové continue à se dire "disponible" pour 2007 et s'est déclaré favorable à l'organisation d'une primaire pour la désignation du candidat.

Mme Buffet s'est adressée aux militants des anciens collectifs du non, mardi 11 juillet, pour leur proposer la constitution d'un "collectif de porte-parole" dans lequel elle se dit "prête à être à égalité avec d'autres". Et donc à se mettre en congé de son mandat de secrétaire nationale.

Tous devraient se retrouver les 15, 16 et 17 septembre, à la Fête de L'Huma, au parc départemental de La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Comme au lendemain de la campagne du non. Mais avec plus de suspicion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mjs63.org
Thibaut Meunier

avatar

Nombre de messages : 667
Localisation : La Moutade
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Entretien avec José Bové   Lun 28 Aoû - 12:01

José Bové : "Je suis prêt à assumer le rôle de candidat unitaire antilibéral"

Pourquoi avoir décliné l'invitation des Verts à leur université d'été, qui a débuté jeudi 24 août, pour débattre avec Dominique Voynet, Nicolas Hulot et Corinne Lepage ?

J'ai décidé de n'aller à aucune université d'été et de privilégier le cadre unitaire de l'alternative antilibérale pour 2007. Tous les collectifs départementaux existant doivent se retrouver à Saint-Denis, le 10 septembre. Par ailleurs, je n'ai pas envie de servir de faire-valoir dans un débat confus en présence de certaines sensibilités écologistes se disant "apolitiques".



Mme Voynet entend incarner "tout le peuple écolo". Vous ne partagez pas cette ambition ?

Dominique Voynet a choisi de faire de la thématique écologiste un sous-produit du social-libéralisme. Avec mes amis de la minorité des Verts, je pense que la question de l'environnement est tellement centrale qu'elle ne peut se contenter d'un aménagement du système libéral et productiviste.


L'idée d'une candidature unitaire de la gauche antilibérale n'est-elle pas en train de patiner ?

Non, la dynamique existe sur le terrain militant avec plus de 300 collectifs de base. Il faut maintenant accélérer le processus. Et demander à certains courants politiques, qui en sont partie prenante, de clarifier leur position.

Le PCF n'a pas tranché entre l'alliance avec le PS, au risque d'y perdre son âme et même son organisation, ou l'unité des forces antilibérales, comme le souhaite majoritairement son électorat. La LCR, de son côté, affirme garder la porte ouverte à l'unité mais maintient la candidature d'Olivier Besancenot. Il est temps d'arrêter de jouer au chat et à la souris.

Veulent-ils, oui ou non, des candidatures unitaires, non seulement pour la présidentielle, mais aussi pour les scrutins qui vont suivre ?


Marie-George Buffet et Olivier Besancenot estiment chacun leur candidature légitime. Vous pensez être en meilleure position ?

Il est évident qu'un candidat unitaire à la présidentielle, voulant rassembler des courants politiques mais aussi syndicaux et associatifs, ne peut être le porte-parole de tel ou tel parti. Ce qui s'est passé le 29 mai 2005 avec la victoire du non au référendum l'a démontré : il y a une nouvelle donne citoyenne qui peut bouleverser les équations électorales classiques.

L'enjeu est d'incarner dans les urnes le mouvement contre la droite antisociale et pour une vraie alternative antilibérale. Reste à choisir le ou la candidate qui peut le mieux rassembler. Je suis prêt à assumer ce rôle dans une dynamique de victoire et pas seulement de témoignage, en menant une campagne collective qui tranche avec la logique de personnalisation.

Mais si c'est quelqu'un d'autre qui est choisi, cela ne me pose pas de problème ; je participerai à ses côtés à la campagne.


On vous reproche souvent d'être trop polarisé sur la lutte contre les OGM ou la malbouffe. Avez-vous un programme ?

C'est vrai que trente ans de syndicalisme paysan, ça forge un socle ! Mais avec la Confédération paysanne nous avons été les premiers à dénoncer les logiques de délocalisations dans le modèle néolibéral. Et il est évident qu'on ne pourra gagner des batailles sur la précarité, l'emploi ou les services publics sans remettre en cause certains accords internationaux.


Cela ne constitue pas un programme présidentiel avec des propositions sur l'emploi, le smic, la fiscalité...

Le collectif national pour une candidature unitaire travaille à une plateforme électorale. Parmi les mesures envisagées, il y a le smic à 1 500 euros, tout de suite, et la remise en cause des monstrueux écarts de revenus par la suppression des stock-options.

Sur l'emploi, il est impératif d'instaurer un nouveau statut du salarié qui assure une continuité contractuelle entre les périodes de travail et de chômage par la garantie de la rémunération et le maintien des droits sociaux. Cela doit s'accompagner d'un renforcement du contrôle des salariés sur la gestion de l'entreprise et un droit de veto pour les syndicats sur les délocalisations ou les OPA.

Enfin, il faut régulariser tous les sans-papiers en leur accordant un titre de séjour de dix ans. A-t-on oublié que l'Italie a régularisé 700 000 étrangers en 2003 et l'Espagne 600 000 en 2005 ? Et l'on accepterait de transiger aujourd'hui sur 30 000 sans-papiers dont les enfants sont scolarisés ? C'est indigne !


Le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, vient de critiquer le danger de la multiplication des candidatures à gauche.

Il faut un débat entre la gauche qui souhaite rompre avec la logique économique libérale et celle qui, finalement, n'a comme ambition que de l'aménager ; entre la gauche 100 % à gauche et celle qui lorgne vers le centre. Si nous réussissons l'unité des antilibéraux, nous pouvons créer un autre rapport de forces entre ces deux gauches. Et gagner ! Je comprends que cela puisse inquiéter le PS...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mjs63.org
Thibaut Meunier

avatar

Nombre de messages : 667
Localisation : La Moutade
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Re: Candidature unitaire à la gauche du PS   Mer 30 Aoû - 3:13

Olivier Besancenot, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) à la présidentielle de 2007, a donné lundi soir le coup d'envoi de sa campagne à l'université d'été de l'organisation trotskiste à Port-Leucate (Aude), devant 750 militants. Ce rendez-vous annuel de la LCR n'a pas la même affiche que l'an dernier lorsque les leaders de la "gauche du non" au referendum européen, la secrétaire nationale du PCF Marie-George Buffet, le sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon ou le leader altermondialiste José Bové, avaient répondu présent à l'invitation de la Ligue et pris la parole à la tribune aux côtés de M. Besancenot.

"C'est le signe que le climat n'est pas le même", a relevé Alain Krivine, leader historique de l'organisation trotskiste.

La LCR a décidé de présenter fin juin la candidature d'Olivier Besancenot alors qu'un courant minoritaire au sein de l'organisation continue de croire à la possibilité d'une candidature unitaire de la "gauche de la gauche" avec d'autres formations comme le PCF.

M. Krivine a réitéré lundi soir que la LCR était prête à retirer son champion de la course électorale si un accord est trouvé pour un candidat commun.

"Mais, ni le PCF ni José Bové ne répondent à la condition que pose la Ligue, c'est-à-dire le refus de participer à un gouvernement ou à une majorité parlementaire avec le parti socialiste", a-t-il précisé à l'AFP.

En revanche, pour Christian Picquet, chef de file du courant minoritaire, "une candidature unitaire est non seulement nécessaire mais toujours possible". Il a rappelé la mobilisation des 400 collectifs locaux qui se sont créés dans toute la France et qui doivent se rassembler le 10 septembre à Saint-Denis près de Paris pour définir "un programme et une méthode", en vue de parvenir à un candidat unique.

Mardi, la LCR organisera un débat sur une candidature unitaire avec des représentants notamment du PCF et des Verts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mjs63.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Candidature unitaire à la gauche du PS   

Revenir en haut Aller en bas
 
Candidature unitaire à la gauche du PS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Strasbourg ravagée : quand l'extrême gauche est à l'oeuvre
» Dort toujours à gauche!!!
» PRG : Parti Radical de Gauche
» PG : Parti de Gauche
» Memento TAP, Fesse droite Epaule, gauche...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la jeune gauche 63 :: Présidentielle et législatives de 2007 :: Présidentielle et législatives de 2007-
Sauter vers: