Forum de la jeune gauche 63

Forum de la jeune gauche 63
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Retraites et temps de travail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thibaut Meunier

avatar

Nombre de messages : 667
Localisation : La Moutade
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Retraites et temps de travail   Dim 17 Déc - 18:08

Sylavain, tu le souhaitais ce topic, le voilà
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mjs63.org
S.Maisonneuve

avatar

Nombre de messages : 450
Age : 30
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Dim 17 Déc - 18:10

oki, je vous ferez une large reponse un de ces jours (et oui je bosse tout arrive), des positions en attendant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Dim 17 Déc - 19:12

Pour orienter le débat, je remets ce qui concerne la retraite dans le modèle danois que Sylvain bénit :

le Danemark : 67 ans et 40 ans de résidence
Possibilité de retraite anticipée à 57 ans ou 60 ans avec 480 mois d'assurance
Possibilité de retraite différée jusqu'à 68 ans
Possibilité de retraite partielle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Mer 12 Sep - 12:12

Sur les régimes spéciaux de retraite :

Communiqué de presse diffusé le lundi 10 septembre à 16h.

Après la droitisation constatée dans les discours tenus
à l’université d’été de la Rochelle un nouveau seuil est franchi dans
cette dérive avec le dossier des régimes spéciaux de retraites. Voici à
présent que la modernisation du Parti Socialiste prétend se construire
dans le suivisme à l’égard de la droite en pleine offensive contre les
acquis sociaux des salariés. Je déplore le caractère unilatéral de
l’expression socialiste à propos des régimes spéciaux de retraite qui
facilite les mauvais coups du gouvernement de droite et du président de
la République.


La nécessité de cette réforme n’est pas démontrée du
point de vue de l’équilibre des régimes de retraite, encore moins
s’agissant d’équité.


Les bénéficiaires des régimes spéciaux ne
représentent en effet que 4,6 % du total des retraités et n’en
représenteraient plus que 1,6 % en 2025.

S’agissant d’équité, la priorité serait plutôt
d’égaliser les niveaux de cotisations des commerçants, artisans,
agriculteurs et professions libérales avec ceux des salariés et de
supprimer les régimes spéciaux de retraite exorbitants des PDG.



Jean-Luc Mélenchon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
Gwénolé Jouannic



Nombre de messages : 126
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Jeu 13 Sep - 11:55

les régimes spéciaux de retraite representent 6% du montant total des pensions versé chaque années. Ils sont pour la plupart déficitaire.

Chaque année l'État doit rembourser près de 6 milliards d'euros pour les équilibrer

voici le détails de 5 branches de régimes spéciaux :

- EDF : concerne 150 000 actifs.
le solde du regime est déficitaire de 340 millions d'euros

- Marine : 75 000 marins à la retraite pour 40 000 cotisant.
Déficit : 800 millions d'euros

- Mineurs : 150 000 retraité pour seulement 13 000 actifs.
Déficit : 1.8 milliards d'euros

- SNCF : 190 000 retraité pour 178 000 actifs.
Déficit : 3 milliards d'euros

- RATP : 28 000 retraité pour 44 000 actifs.
Déficit : 400 millions d'euros compensé par l'entreprise et non par l'État. (chiffre non comptabilisé dans le 6 milliard d'euros au total)

On comprend donc la grogne du personnel de la RATP puisque ce n'est pas l'état qui finance le déficit.

En revanche pour les autres branches, la questions se pose. est-ce que les regimes spéciaux sont autant justifiés aujourd'hui qu'au moment de leur mise en place...??? n'y a-t-il pas d'intermédiaires entre la situation actuelle et la supréssion pure et simple???

Le débat peut être lancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Jeu 20 Sep - 11:07

Les regimes spéciaux doivent etre défendus car les salariés qui en bénéficient sont ls derniers a avoir encore 37,5 années de cotisation...la droite nous a battu dans le privé en 93 et le public en 2003...les défendre c'est un point d'appui pour reconquérir nos droits perdus!

j'y reviendrais plus longuement mais pour l'instant je bosse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Jeu 20 Sep - 12:25

La Droite et le MEDEF veulent en finir avec les régimes spéciaux de retraites. Fillon a déjà sous le coude - c’est une secret de Polichinelle - un décret alignant ces régimes (ceux des salariés de la SNCF, de la RATP, d’EDF-GDF…) sur le régime des fonctionnaires : 40 annuités de cotisation, pas de départ en retraite avant l’âge de 60 ans et une décote pour tout départ en retraite sans les 40 ans de cotisation.

Le MEDEF, la Droite et, malheureusement, le député socialiste Manuel Valls justifient cet alignement par deux arguments : le financement des retraites et l’ « équité ». Aucun de ces arguments ne résiste pourtant à un examen un peu attentif.
Une goutte d’eau dans le financement global des retraites

Les retraites des régimes spéciaux auraient tout d’un « trésor caché ». Un « trésor » qui permettrait de résoudre une bonne partie du financement de l’ensemble des retraites par répartition.

Ce « trésor » n’est qu’un mythe. Aujourd’hui, les retraités des régimes spéciaux ne représentent que 4,2 % du total des retraités. En 2025, ils ne représenteront plus que 1,6 % du même total. La diminution du nombre des retraités des régimes spéciaux n’est pas difficile à comprendre : depuis plus de vingt ans, elles n’embauchent plus qu’au compte-goutte. Il est donc normal que dans 20 ans le nombre de retraités de ces régimes ait considérablement diminué.

Affirmer que c’est en réduisant le montant de leur retraite que l’on pourrait trouver le début d’un début de solution au problème du financement des retraites par répartition relève donc de la supercherie. Les retraites des régimes spéciaux ne représentent et surtout ne représenteront qu’une goutte d’eau dans l’océan des retraites.
Une « équité » à géométrie variable

Curieusement, le tir de barrages contre les régimes spéciaux de retraites ne vise que les salariés. Pourtant, au nom de l’ « équité » si chère à Fillon, il existerait d’autres cibles.

Les « retraites chapeaux », tout d’abord. Elles sont financées à grands frais par les entreprises et permettent à bien des dirigeants d’entreprise de bénéficier d’une retraite approchant souvent de très près leur salaire d’activité. Ce sont autant de sommes qui sont détournés de l’augmentation des cotisations retraites patronales et qui nuisent à l’équilibre des régimes de retraite des salariés du secteur privé.

Les fonds de pension « à la française », ensuite. Ils n’ont guère de succès et ce n’est pas la récente crise financière qui suscitera de nouvelles vocations à jouer sa retraite en bourse. Il n’empêche, les fonds de pension financé par les entreprises au bénéfice des cadres ou des salariés les mieux payés des grandes entreprises, sont autant de sommes détournées du financement des retraites par répartition.

Ensuite, toujours, les transferts entre régimes de retraite, la « compensation ». Ils se font au détriment des régimes de salariés et au profit des régimes de non-salariés (agriculteurs, professions indépendantes, commerçants, professions libérales…). En quoi est-ce acceptable alors que ces professions paient des cotisations nettement inférieures à celle des salariés (cotisations salariés + cotisations employeurs) et ont toujours refusé un alignement de leurs cotisations sur celles des salariés ?

Enfin, d’autres catégories sociales, les militaires en particulier, qui ont des conditions de départ en retraite autrement intéressantes. Pourquoi ne font-ils pas l’objet d’une attention aussi soutenue que les salariés des entreprises publiques ?

Pourquoi, au nom de l’ « équité, Fillon ne précise-t-il pas que si 160 000 agents de la SNCF peuvent aujourd’hui prendre leur retraite à 55 ans c’est parce que leurs cotisations retraites sont beaucoup plus élevées que dans le secteur privé ? En 2004, ces cotisations s’élevaient à 26 % de son salaire pour un salarié du privé (régime général et complémentaire) mais à 36 % pour un salarié de la SNCF. Une partie de ces 36 % est certes payés par la SNCF mais c’est aux dépens d’un salaire direct plus élevé. D’une certaine façon, les salariés de la SNCF se paient eux-mêmes leurs départ à la retraite à 55 ans. Cet « avantage » n’est pas à la charge des autres régimes.

Pourquoi Fillon n’explique-t-il pas, toujours au nom de cette « équité » qui lui est si chère, que le départ en retraite à 55 ans n’est pas du tout synonyme, loin de là, de retraite à taux plein. En effet, l’âge d’embauche a continuellement reculé : de 18 ans il y a 40 ans à 24/25 ans en moyenne aujourd’hui. Très peu de salariés des entreprises publiques bénéficieront donc, dans ces conditions d’un nombre d’annuités suffisantes pour bénéficier d’une retraite à taux plein à l’âge de 55 ans.

Pourquoi Fillon omet-il de préciser que l’Union Européenne oblige l’Etat a compenser le déficit démographique lié aux réductions d’effectifs ? Ce n’est pourtant que justice. Sans cette compensation comment serait financée, aujourd’hui, la retraite des mineurs ? Comment serait financée la retraites des cheminots qui étaient plus de 450 000 en 1945 mais qui ne sont plus que 165 000 aujourd’hui ? L’Etat est responsable des baisses d’effectifs mais il veut faire payer au régime général la compensation qui en est la conséquence.
Alors, pourquoi cette hargne contre les retraites des régimes spéciaux ?

L’enjeu est double pour le gouvernement et le MEDEF.

Il s’agit d’abord d’essayer de briser les reins des secteurs qui ont été les fers de lances des mouvements sociaux depuis 1995. Juppé avait fait alors l’erreur de croire qu’il pouvait prendre le risque de s’attaquer à la fois les salariés de la fonction publique et ceux des régimes spéciaux. Il avait été battu en rase campagne. Instruit par l’expérience, Fillon n’a pas fait la même erreur : en 2003 il s’est contenté de s’attaquer à la retraite des salariés de la fonction publique en jurant, la main sur le cœur, que les régimes spéciaux n’étaient pas concernés.

Il s’agit, ensuite, d’aller au-delà de l’allongement d’un trimestre par an de la durée de cotisation pour tous les salariés, du public comme du privé. Le MEDEF veut aller le plus rapidement possible vers une retraite à taux plein pour 45 années de cotisation. L’article 5 de la loi Fillon lui permet très clairement de lui donner satisfaction et d’imposer plus de 41 trimestres de cotisations dès 2008. Mais, une telle mesure ne peut être envisagée tant que n’aura pas sauté l’ultime verrou symbolique des 37,5 années de cotisation dans les régimes spéciaux.
L’égalité des droits : oui, mais comment ?

18 000 agents de conduite de la Sncf (10 % des agents de la SNCF) puissent prendre leur retraite à 50 ans ne paraît pas scandaleux au regard de la nature de leur métier et de la sécurité des usagers. Ce qui est scandaleux, par contre, c’est que la pénibilité du travail et la sécurité (des usagers de la route par exemple) ne soient pas prise en compte dans le secteur privé des transports. Il existe bien d’autres secteurs où la pénibilité du travail exigerait que les salariés puissent partir en retraite à taux plein largement avant 60 ans. Voilà ce que devrait être la véritable égalité.

Ce que veut imposer Fillon, au contraire, c’est le nivellement par le bas de toutes les retraites. Pourquoi ? Parce que le patronat ne veut plus payer et que Sarkozy et Fillon sont là pour appliquer son programme. C’est pourquoi il est nécessaire de revenir sur la question du financement des retraites. C’est là que se situe la clé du problème. La réforme Fillon ne crée pas de nouvelles ressources pour les retraites. Pour cette loi, l’équilibre financier sera le produit de l’allongement de la durée de cotisation et de la baisse du montant des retraites, tout particulièrement dans le secteur privé. Ce qui signifie que dans 30 ans, vieillesse et pauvreté redeviendront synonymes pour la majorité des salariés en retraite, comme il y a 40 ans !

C’est donc par le haut qu’il faut réaliser l’égalité des droits à la retraite entre tous les salariés. Cela n’a rien d’impossible : le Conseil d’Orientation des Retraites et le rapport Charpin avait calculé qu’il était possible de maintenir le niveau des retraites à condition d’augmenter les cotisations retraites de 15 poins en 40 ans. Cela représente une augmentation de 0,38 point par an. A part le Medef, qui peut prétendre qu’une augmentation annuelle de 0,25 point pour les cotisations patronales et de 0,13 points pour les cotisations salariales serait insupportable ? Cela n’empêcherait ni les profits, ni les investissements, ni les salaires directs d’augmenter. Cela permettrait de financer des retraites égales à 75 % du salaire et (en augmentant plus rapidement le taux des cotisations patronales) de commencer à répartir autrement les richesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Sam 22 Sep - 12:39

Cela me fait peur que des socialistes se posent la question de savoir s'il faut défendre ou non un acquis social ! Allez camarades, il y a encore de la place au FMI et même au MoDem où François Bayrou se sent seul en ce moment. Cela fait trop longtemps que Ségolène Royal ne l'a pas appelé sur son portable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Sam 22 Sep - 15:51

Voire il y a encore un peu de place dans le gouvernement de Fillon-Sarko puisque ils annoncent un remaniement pour bientot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Dim 23 Sep - 13:57

La place est chaude pour Claude Allègre et Jack Lang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
S.Maisonneuve

avatar

Nombre de messages : 450
Age : 30
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Mar 25 Sep - 23:38

Marrant ça, même dans un sujet aussi grave et serieux que les retraites la moitié de vos messages concernent cette pseudo ouverture qui n'en est pas une. On vous remercie, dans l opinion elle est interpretez comme telle grace au moindre cri d'orffraie que vous poussez dès qu'un socialiste participe a une pauvre commission.

Pour revenir aux retraites, deux grands points a discuter:

- Generalisons les regimes speciaux! En effet le retraite doit etre determinée selon la branche a laquelle on appartient, eu egard notamment de la penibilité du travail. Ainsi au 21eme siecle il me parait plus que justifié qu'un proletaire travaillant dans le secteur industriel et occupant une tache repetitive, abrutissante ou/et difficile puisse partir a 55 ans. En revanche, un cadre, un notaire,... 65 ans cela ne me gene en rien.

- Le coeur du sujet: son financement, la dessus deux choses: +tout d'abord les retraités sont financés par les actifs, augmentons donc notre population active, pour ce faire: immigration massive et donnons des moyens pour integrer ces nouvelles populations dans le creuset republicain. + autre point, consacrons une partie des cotisations retraite a un tout nouveau service public chargé de placer ces fonds sur les differents marchés financiers qui permettront de rentabiliser les placements... Des lors la question de leur financement ne se pose plus. Nous acceptons l'economie de marché? Et bien, utilisons le a des fins socialisantes: hausse du pouvoir d'achat, retraites dignes. Et ce n'est qu'un debut, le potentiel de cette perspective serait immense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Mer 26 Sep - 15:36

Nous ne poussons pas des cris mais nous dénoncons ce fait grave: 20 % du gouvernement actuel est composé de "socialistes"! Ils se rendent donc co-reponsables de la politique la plus grave et la plus dure conduite dans notre pays depuis la Libération!!

Il faudrait ce taire?? non surtout pas car aux yeux des gens on accrédite alors l'idée que gauche et droite c'est la meme chose! Pas de trave face à Sarko, il faut le combattre et non pas que les dirigeants PS aillent faire les leches bottes dans des pseudos commissions (des comités Théodule disait justement De gaulle) consultatives qui en fait servent la soupe au pouvoir en place!

Il serait temps de le comprendre donc de le combattre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Sam 29 Sep - 15:44

Sylvain, quand le Parti socialiste dit la même chose que Nicolas Sarkozy sur les retraites et qu'il ne trouve rien à redire sur la suppression d'un acquis social ("régimes spéciaux"), tu avoueras que de l'idéologie social-démocrate à l'entrée dans un gouvernement de droite, il n'y a qu'un pas. Je suis très inquiet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
S.Maisonneuve

avatar

Nombre de messages : 450
Age : 30
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Sam 29 Sep - 16:50

Un petit mot sur le fonds peut etre? Ou toujours des commentaires politiciens?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francois

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 20/10/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Sam 29 Sep - 23:54

Bon aller un petit geste pout toi comme tu le réclames, sur le font.
Julien l'a un peu fait dans ces messages précédents et tu sembles pas vouloir les intégrer.

Les régimes spéciaux sont des acquis sociaux des luttes qui était pénible avant et dont les conditions se sont améliorés mais toutes les conditions des travailleurs se sont améliorés. C aussi, le résultat du conseil national de la résistance et de son programme pour reconstruire le pays.

Passons sur l'histoire( moi pas spécialiste), il y aura bientôt plus assez d'actifs pour payer les retraites, ces salauds de fainéants.
Donc, il faut réformer pour être moderne. Sans problème, réformons et donnons autant de droits à ceux qui n'ont pas les régimes spéciaux et tout le monde sera content. Je dis ça car on produit beaucoup plus de richesses qu'avant pour faire vivre tout le monde sauf que des personnes, la bourgeoisie et le patronat ont trouvé le moyen de contourner les lois pour éviter de redistribuer les richesses. Saleté de pauvres franchement il savent que gueuler.
Mon problème c que toute cette richesse, ils vont en faire quoi et est ce que tu ne souhaiterais pas Sylvain, les reprendre car elles sont à la société avant tout. Ma réponse sur le font, c'est que les travailleurs ont produit assez de richesses pour pouvoir prendre leur retraites à l'âge de 55 ans. Voilà la réponse. Collectivement et non une somme d'individus agares, a créer assez de richesses pour pouvoir prendre leur retraites et vivre la fin de leur vie avec.
Ensuite, il faut nous faire payer plus, les faire travaillr plus longtemps, par ce qu'on va pas y arriver. C du branlage intellectuel ou de démocrates comme tu veux. C pas du populisme ou des racourcis mais c la base que je dis et le PS devrais se battre avec ces armes là pour combattre la droite. On participe nous face à la population à complexifier le problème et à embrouiller les gens alors que tout le monde irait récupérer tout simplement la plus value qu'il a lui même produit pendant sa vie de travailleur pour finir sa vie de citoyen car pas grande monde souhaite se faire exploiter. Ne me sort pas un sondage à deux balles comme quoi les français veulent travailler plus longtemps car libération l'a dis ou n'importe quoi d'autres car après vingt ans de médias dominants sur cette question les esprits se formatent.

Enfin, sur l'impossibilité d'aller chercher la richesse car mondialisation oblige. Les travailleurs au début du siècle étaient pris dans la même problématique avec les mêmes possibilités pour les patrons de délocaliser vers d'autres pays mais européen cette fois avec le même sentiment d'éloignement qu'avec la mondialisation de maintenant et la même impuissance. Le front populaire et de nombreuses grèves ont bien réussi à faire cracher un peu d'argent aux patrons et pour plusieurs raisons: La peur du PC et de perdre sa propriété, l'importance des liens collectifs lors des grèves et autres choses. Cet exemple pour dire que la gauche a toujours la capacité de créer des nouvelles résistances et outils efficaces pour lutter contre le libralisme et que les libéraux après avoir conquis la terre entière, il leur reste plus grand chose à voir à part l'espace mais ils sont pas encore chaud et nous on arrive. Tout se joue dans le rapport de force en permanenceet sur tout les domaines. Luttons pour mettre se rapport de force de notre côté.
Je sors pas des trucs du style qu'on va mettre sept points de croissance dans les retraites et puis qu'on en prendre douze pour donner aux entreprises, globalement g pas les chiffres. Bisous encore à tout le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Mar 2 Oct - 2:17

voici l'artilce de filoche qui répond a la droite comme devraient le faire comme tout socialiste digne de ce nom!Matthieu a raison nous menons d'abord le débat sur le fond!

Augmentez les salaires
Pas les heures supplémentaires !
Pour que la France travaille plus, il faut travailler tous
Faire travailler plus les uns, c’est maintenir au chômage les autres
Dix idées sur le miroir aux alouettes des heures supplémentaires de Sarkozy :

1°) les heures supplémentaires pour les 5 millions de salariés des entreprises de moins de 20 salariés devaient être majorées à 25 % depuis le 1er janvier 2005. C’était la loi voulue par la gauche. Ce sont MM Fillon et Sarkozy qui ont empêché qu’elles le soient et qui ont reporté cela depuis trois ans. Ainsi ils ont fait travailler plus en gagnant moins que prévu 5 millions de salariés depuis trois ans.

2°) L’exigence de hausse des salaires est générale. Le placebo de la promesse d’heures supplémentaires, en baissant sur elles le salaire brut, ne fait pas le compte. D’abord parce que nombre d’entreprises et de branches ne feront pas faire d’heures supplémentaires. Ensuite par ce que déjà cinq, six, sept millions de salariés déjà travaillent plus prés de 45 h, de 50 h, voire illégalement de 60 h. Ensuite par ce que le système Sarkozy Fillon, c’est en fait la baisse du salaire brut !

3°) « la liberté de travailler plus pour gagner plus » n’existe pas. C’est un mensonge de A à Z. Celui qui dit cela serait collé à l’examen de préparation en droit du travail. Tout salarié est subordonné (et non pas collaborateur). Seul l’employeur décide de la naissance du contrat, de la gestion du contrat et de la fin du contrat. Jamais un salarié ne décide de la durée de ses horaires de travail.

4°) les heures supplémentaires sont probablement aujourd’hui estimées à 2,5 milliards. C’est l’équivalent de 1,4 million d’emploi. Alors qu’il y a 4,4 millions de chômeurs et que le chômage vient encore d’augmenter de 11 800 en août. Le système Fillon-Sarkozy d’heures supplémentaires, c’est le choix du maintien et de l’extension du chômage. Comme Ils veulent aussi rallonger la durée du travail sur toute la vie avec des retraies à 41 ou 42 annuités, à 61 ou 62 ans, le chômage qui pourrait et devrait baisser en ce moment pour des raisons démographiques restera élevé.

5°) Mais plus de moitié des heures supplémentaires ne sont pas déclarées, ni payées au taux légal. Aucun moyen suffisant n’est donné à l’inspection du travail pour contrôler cette immense fraude qui pèse contre nos caisses de protection sociale. Pourtant il y a 9 plaintes sur 10 à l’inspection du travail pour heures supplémentaires impayées. Au mieux et très souvent, elles sont masquées sous forme de « prime exceptionnelle ». De quoi craindre, si elles ne donnent plus lieu à cotisations sociales ni impôt, que désormais ce soient des primes exceptionnelles qui soient masquées en heures supplémentaires.

6°) c’est avec la durée légale à 35 h que le nombre d’heures supplémentaires a augmenté et non baissé : car la durée maxima du travail est restée fixée à 48 h. Il y a donc place depuis 2002 pour 13 h supplémentaires hebdomadaires au lieu de 9 h (du temps des 39 h). En fait pour créer de l’emploi et augmenter les salaires, il faudrait faire l’inverse de Sarkozy : diminuer la durée maxima de 48 à 44 h et rendre les heures supplémentaires plus coûteuses que l’embauche dés la 36° heure.

7°) c’est la droite qui a poussé avec les lois Balladur et Fillon aux annualisations, modulations, d’horaires. ce qui est un moyen de rendre les heures supplémentaires invisibles et impayées puisqu’il y a des périodes « creuses » et des périodes « hautes ». Ainsi lorsqu’il a surcroît exceptionnel de travail, les heures ne sont pas reconnues comme heures supplémentaire mais comme heures normales non majorées. Borloo, en janvier 2005, a fait voter que « le temps de déplacement professionnel n’est pas du temps de travail effectif », ce qui pousse a travailler plus en gagnant moins.

8°) Ce sont des lois Fillon-Sarkozy qui ont allongé le contingent annuel autorisé d’heures supplémentaires : il est passé de 180 h à 220 h avec possibilités d’y déroger, en pire, par accord. Dans la poissonnerie, un accord a été signé pour 230 h de contingent annuel. Et dans les HCR (hôtels, cafés, restaurants), un accord a été signé pour un contingent de 360 h. Or la fin du contingent, c’est le seuil de déclenchement d’heures supplémentaires majorées de 100 %. Ainsi en augmentant le contingent, Sarkozy et Fillon font travailler les salariés concernés plus en gagnant moins ! Puisque c’est la 231 ° heure dans la poissonnerie et la 361 ° heure dans les HCR qui sont majorées de 100 % au lieu de la 181° heure.

9°) Ce sont encore les lois de droite, Sarkozy-Fillon qui ont étendu l’usage des forfaits-jours ». D’abord limités aux « cadres autonomes » par la gauche, ils ont été étendus aux cadres itinérants, aux salariés itinérants, puis à tous les salariés si un accord le permet avec un syndicat. Or le forfait jour peut permettre de violer le calcul des heures supplémentaires et rend le contrôle de la durée maxima quotidienne(qui est toujours de 10 h) quasi impossible.

10°) c’est encore Fillon et Sarkozy qui ont étendu les possibilités de « compte épargne temps » ce qui signifie « le droit » de ne pas prendre ses congés payés et jours de RTT. Mais ce n’est pas un « droit » puisque le salarié est subordonné et que c’est l’employeur qui signe ou non un accord en ce sens. Fillon a facilité le « rachat » des « compte épargne temps » à taux zéro, ce qui revient encore à faire des heures supplémentaires non majorées : travailler plus en gagnant moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julien guerin



Nombre de messages : 109
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Mar 2 Oct - 2:19

cependatnt le fond ne peut etre séparé de la forme car chaque fois que l'on aide la droite (et certains au PS s'en font une spécialité depuis 4 mois) la gauche recule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwénolé Jouannic



Nombre de messages : 126
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Sam 20 Oct - 12:24

Les régimes spaciaux coutent chaques années à l'état 6 milliards d'euros.

De plus, il faut avouer que la pénibilité du travail sur lequel est basé certains regimes spaciaux (notament ceux de la sncf) n'est plus la même. On n'est plus au temps des trains à charbon. Cependant, par exemple, il est dure de construire une famille quand le père n'est là que 2 jours dans la semaine. et les ouvrier de maintenance qui passent leur journée accroupie a réparer les voies.... Sur le 1er argument, les chauffeurs routiers avaient obtenues gain de cause.

Aujourd'hui, avec une telle reforme, les salariés de la SNCF, RATP, GDF, EDF... ont 2 choix : soit ils partent en retraite au même âge qu'aujourd'hui avec une retraite moindre ou alors, il travaillent plus longtemps pour gagner autant. Le slogan sarkozien "travailler plus pour gagner plus" n'est ici plus appliqué!!!

6 milliards d'euros consacrés aux régimes spaciaux, ca pourrait faire des économies. certes.
Cependant, avancer comme argument qu'il faut une réforme car l'état n'a plus l'argent pour les financer ; alors ca c'est du foutage de gueule. excusez le vocabulaire. On dit d'un coté qu'on ne peut plus débloquer 6 milliards. Mais y a quelques semaines, n'est-ce pas 9 milliards en 2008 puis 15 milliards à partir de 2009 pour le bouclier fiscal que l'éxécutif a réussis à inclure dans son budget? !!! il faut arreter 2 minutes !!!
De plus, en ce concerne la RATP, ce n'est pas l'état qui finance leurs régimes spéciaux. Alors pourquoi les inclure dans la réforme? et surtout avec un argument qui ne les concerne même pas!

Une reforme des régimes spéciaux de retraite est peut-etre utile. Mais il faut la faire honnetement. Rien que le fait d'avancer des arguments aussi stupides que ceux qui ont été donné, donnait raison au mouvement de jeudi. Mais le probleme, c'est que les français pour certains ne connaissent pas ces chiffres. Et il est si facile de critiquer dans l'ignorence qu'en connaissance de causes.

Alors on verra quand le gouvernement s'attaquera à LEURS retraites. je serai pret à parier que ceux qui critiquait le mouvement social de jeudi seront dans la rue à manifester dans quelques mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Sam 20 Oct - 14:24

Désolé, tes chiffres sont faux et t'induisent en erreur dans ton constat.

Contrairement à ce qui est dit, les régimes spéciaux ne coûtent rien
aujourd'hui au régime général. Au contraire, ces régimes sont dans les
faits contributeurs nets au titre de la compensation. Ils apportent 3,4
milliards d'euros, essentiellement aux régimes non salariés. Par
contre, les employeurs des entreprises publiques versent des
cotisations plus élevées que les employeurs privés et l'État contribue
au déséquilibre démographique du régime de la SNCF. Les employeurs
publics supportent donc une grande partie des conséquences de leurs
choix de gestion. C'est un mauvais exemple que ne supporte pas le
patronat privé, qui réduit les emplois sans en assumer les
conséquences. Posons-nous une seule question : depuis quand les
cotisations patronales retraites au régime général n’ont-elles pas
augmenté ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
Matthieu Perona

avatar

Nombre de messages : 689
Age : 35
Localisation : Mozac
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   Lun 22 Oct - 7:18

Pourquoi n'est-il pas inclus dans la suppression, au nom de l'équité, le régime spécial du Président de la République qui touchera une retraite mensuelle de 29000 euros ?

Pourquoi aucun journaliste ne lui pose la question ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prs63.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retraites et temps de travail   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retraites et temps de travail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La directive européenne sur le temps de travail est-elle pour les Militaires ?
» Temps de travail
» Besoin de votre aide pour définir mes possibilités (maladie et temps de travail)
» Temps de travail des militaires du CSTAGN
» Répartition du temps de travail CCN51

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la jeune gauche 63 :: Les chantiers de la rénovation :: Débat général-
Sauter vers: